Appel à communications

Accueil Appel à communications     Comités Programme et résumés Inscriptions Infos pratiques

 

 

Quelle authenticité pour (l’enseignement de) l’anglais oral ?
Colloque de l’ALOES, 29 & 30 mars 2019, Université de Lorraine, Metz,
(OSLiA, IDEA, ATILF, ESPE, Pôle TELL, UFR ALL Metz)

Appel à communications: La journée impaire de l’ALOES 20109 sera l’occasion de susciter un dialogue entre les recherches effectuées dans le domaine de l’anglais oral et les pratiques éducatives du secondaire et/ou du primaire. Est posée la question de l’authenticité, de sa définition et de ses enjeux dans l’enseignement de l’anglais oral tout comme dans les recherches des linguistes anglicistes oralistes. Les journées d’étude seront l’occasion de se situer au niveau des supports, soumis à la compréhension des élèves ou à l’analyse linguistique. Elles seront aussi l’occasion de se situer au niveau de la production, pour se demander dans quelle mesure l’authenticité peut être la cible à atteindre. Authenticité des supports : L’authenticité des supports tend à s’opposer à leur artificialité. Quels sont les paramètres qui permettent de considérer qu’une source est authentique, didactisée, ou relève de l’écrit oralisé ? Quelle est l’incidence du contexte et de la contextualisation ? Quels sont les rapports entre authenticité et normalisation ? Quelle évolution constate-t-on dans les méthodes ? En réception, l’authenticité n’est-elle qu’à cerner sur le plan auditif ? La situation d’écoute, sans support ou interaction visuels, est-elle une situation authentique ? L’écoute de la radio est-elle plus formative que la visualisation de documentaires télévisuels ? L’authenticité évolue-t-elle d’une génération d’apprenants à l’autre en fonction de leurs interactions avec les supports multimédias ? Se pose le problème du paramétrage des documents authentiques. Quelle longueur, quel ancrage régional, quelle variété linguistique ? Quelle correction normative et quelle variation par rapport à la langue standard? Quelle exploitation en proposer ? Comment un matériau, par définition hétérogène, variable, échappant partiellement à la norme, peut-il / doit-il être le dénominateur commun de l’enseignement et d’une acquisition ? L’oral étant difficile à isoler de tout contenu culturel, comment penser l’exploitation des documents tout en suivant une démarche pédagogique sur le plan phonétique ? Quel est l’intérêt d’aller aux confins de l’authenticité en se limitant à de l’oral spontané comme corpus de recherche ? Spontanéité et authenticité sont-ils synonymes ? En quoi l’authenticité garantit-elle un matériau oral exploitable ? Qu’apporte l’oral spontané que n’apporterait pas l’écrit oralisé ? Quelles sont les entraves de l’oral spontané ? Quelle homogénéisation des transcriptions et de leurs codages ? Quels sont les enjeux quantitatifs de l’oral spontané ? Quels en sont les enjeux qualitatifs ? Authenticité de la production : Quels sont les éléments attendus prioritairement dans la production ? Quelle correction de la langue est attendue ? Est-elle d’ordre lexical, syntaxique, dans le choix des marqueurs ? Les retombées de la recherche, notamment dans l’identification et l’enseignement des mots du discours et de leur usage, les agencements syntaxiques spécifiques sont-elles à systématiser ? L’exigence segmentale prévaudrait-elle dans l’enseignement aux dépens d’une authenticité suprasegmentale (intonation et rythme) ? Quelle représentation du suprasegmental les manuels scolaires proposent-ils? La pratique scolaire de l’oral sollicite-t-elle la production d’énoncés ou de phrases ? Quels rapports sont à établir entre des situations interactives d’échange, l’authenticité des énoncés,
l’expressivité ? L’authenticité est-elle à lier à la fonctionnalité ? Quel est l’intérêt de varier les conditions d’échanges (dans la classe, hors de la classe, en immersion) ? Sont sollicités aussi bien des travaux de recherche que des travaux à ancrage didactique (expériences, commentaires de méthodes, bilan d’expérimentation). Le format retenu sera celui de communications de 20 minutes suivies de 10 minutes d’échanges ou de tables rondes. Calendrier : date limite d’envoi des propositions le 15 octobre 2018, date de notification des acceptations le 15 janvier, contact : isabelle.gaudy-campbell@univ-lorraine.fr

Conférencier invité : Richard Cauldwell, http://www.speechinaction.org/

Version d’appui didactique (avec références au B.O.) transmise sur demande

Projet de publication : une sélection des communications sera publiée dans les cahiers de l’APLIUT 21

Porteur : Isabelle Gaudy-Campbell & Michèle Valentin (IA-IPR d’anglais)

 

 

 

 

Advertisements