Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Dans le cadre du festival Le Livre à Metz, Brigitte Zaugg présentera une conférence intitulée Le traducteur, funambule des mots.

Après un bref rappel de l’histoire de la traduction en français de la littérature de jeunesse anglophone, Brigitte Zaugg, Traductrice pour l’Oxalide, examinera les enjeux de cet exercice d’équilibre entre texte-source et texte-cible à partir d’exemples précis, à la fois de l’anglais vers le français et du français vers l’anglais.

http://www.oxalide-editions.com/

 

Advertisements

Voix et silence dans les arts 

Programme
Journée d’études du vendredi 9 mars 2018 

Salle G04
9h30 : accueil 

10h-10h45 : Olivier Lussac (ÉCRITURES, Université de Lorraine)

Les lèvres qui parlent : Propos sur Carolee Schneeman

10h45-11h30 : Thomas Caley (CCN-Ballet de Lorraine, Nancy) 

11h30-12h30 : performance de Gaël Leveugle et Jean Luc Guionnet suivie d’un échange avec les artistes

12h45 : déjeuner

14h-14h45 : Sara Llorca, comédienne, metteur en scène et chanteuse (artiste associée au CDN-Théâtre de la Manufacture de Nancy

14h45-15h30 : Jean-Paul Montagner (CRULH, Université de Lorraine)
Quand la musique réduit la parole au silence

15h30-15h45 : pause 

15h45- 16h30 : Cédric Giraud (CRULH, Université de Lorraine)
Voix auctoriale, silence et secret dans la littérature monastique du XIIème siècle

16h30- 17h-15 : Anthony Feneuil (ÉCRITURES, Université de Lorraine)
« Comme s’il était plus facile et plus possible, devant Dieu, de se taire que de parler » (K. Barth)

 

 

« La fabrique des chercheurs : les chercheur(e)s se livrent », 15 mars 2018, BUL SHS, Nancy

Dans le cadre de cet événement organisé à la Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines et Sociales de Nancy, les chercheurs de différents laboratoires de l’Université de Lorraine ont été invités à présenter leurs publications récentes à un large public. Nathalie Collé et Monica Latham ont représenté IDEA et présenté la série d’ouvrages « Book Practices & Textual Itineraries » publiée au sein de la collection « Regards croisés sur le monde anglophone » et consacrée aux questions relevant de l’histoire du livre, des études textuelles et des études sur l’illustration. Après une brève introduction sur l’ensemble de la collection, elles ont détaillé le volume 5 de la série, paru en 2017 : Illustration and Intermedial Avenues. Cet ouvrage bilingue (français et anglais) et collectif (il comprend neuf articles) met en lumière la nature intermédiale de l’image d’illustration et invite à repenser la relation dialogique entre texte et image, écrivain et illustrateur, illustrateur et commanditaire, et leurs lecteurs. Il s’adresse aux chercheurs, universitaires et praticiens qui s’intéressent à l’illustration dans ses formes diverses et variées et aux façons de la concevoir, de la créer et de la lire.

image book practices

Nathalie Collé & Monica Latham, gen. eds; Sophie Aymes, Brigitte Friant-Kessler & Maxime Leroy, guest eds. Illustration and Intermedial Avenues. Vol. 5. Série Book Practices & Textual Itineraries. Collection « Regards croisés sur le monde anglophone ». Nancy: PU de Nancy – Éditions Universitaires de Lorraine, 2017. 184 pages. ISBN-10 2814303015. ISBN-13 9782814303010.

Illustration and Intermedial Avenues est un ouvrage bilingue (anglais et français) et collectif, et le 5e volume de la série Book Practices and Textual Itineraries de la collection « Regards croisés sur le monde anglophone ». Co-dirigé et édité par Nathalie Collé (maître de conférence à l’Université de Lorraine et spécialiste de littérature britannique et de l’illustration) et Monica Latham (professeur de littérature britannique à l’Université de Lorraine et spécialiste de critique génétique), et publié aux PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, ce volume regroupe des contributions de chercheurs et de praticiens de l’illustration de différents horizons culturels, sociologiques, épistémologiques et critiques qui s’intéressent à l’illustration dans ses différentes formes et sous ses diverses facettes.

Il est le résultat du travail d’Illustr4tio, un réseau international et interdisciplinaire de chercheurs et de professionnels qui travaillent sur les théories et les pratiques liées à l’illustration. L’objectif de ce réseau est de favoriser les échanges et le travail interdisciplinaire entre l’université et les professionnels de l’illustration, dessinateurs et graveurs, les éditeurs, les conservateurs de musées, les responsables d’institutions culturelles et les collectionneurs. Il s’intéresse, au-delà de l’image d’illustration, à l’évolution du livre et à ses formes multiples, à celle de l’édition et des arts graphiques, ainsi qu’à celle des supports et formes d’expression numériques. Le travail mené dépasse les frontières de l’université française et vise à la constitution d’un réseau international de chercheurs et de praticiens actifs dans le développement d’un champ de travail et d’étude en pleine expansion et longtemps négligé.

Les auteurs de ce volume sont Clinton Cahill, « senior lecturer » au département graphique de la Manchester School of Art, UK, Stephen Crowe, dessinateur et illustrateur britannique installé à Seattle, Elissar Kanso, artiste libanaise issue de l’école des Beaux-Arts de Beyrouth et doctorante à l’Université de Bordeaux Montaigne, Christophe Lebold, maître de conférence à l’Université de Strasbourg et spécialiste de littérature nord-américaine, Nikol Dziub, ancienne diplômée de l’ENS de Lyon et docteur en littérature générale et comparée à l’Université de Haute-Alsace, Hélène Ibata, maître de conférence habilitée à l’Université de Strasbourg et spécialiste de l’art britannique des dix-huitième et dix-neuvièmes siècles, Émilie Sitzia, maître de conférence à l’Université de Maastricht et spécialiste d’art et littérature, Chloé Thomas, docteur de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et spécialiste de poésie et modernisme américains, et Nanette Hoogslag, dessinatrice, illustratrice, chercheuse et enseignante à l’Université Anglia Ruskin à Cambridge.

Les neuf articles réunis dans ce volume abordent, de manière directe ou indirecte, et tout à fait novatrice et originale, la dimension intermédiale de l’image d’illustration, une dimension encore peu travaillée malgré le développement ces dernières années des études liées d’une part à l’intermédialité (un concept apparu à la fin des années 1980 aux Pays-Bas et en Allemagne en réaction au cloisonnement des disciplines et des médias, développé initialement par Jürgen Müller et devenu depuis un champ de recherche qui prône une approche pluridisciplinaire des relations et des interactions entre les médias au sein d’une œuvre et dans des contextes variés) et d’autre part à l’illustration.

Les sujets abordés vont des considérations de l’illustrateur et du lecteur à leur implication, physique et psychologique, émotionnelle et intellectuelle, dans le processus de création et de lecture de l’image d’illustration, aux contraintes, techniques, esthétiques et commerciales, qui façonnent le travail de création de l’image ainsi que sa lecture et sa réception. Ils mettent en lumière un cas tout particulier d’intermédialité, celui des rapports entre l’illustration et la source d’où elle prend forme (œuvre littéraire, récit de voyage, article de journal, couvertures et images de magazine, mais aussi imagination du créateur et inconscient collectif) et les supports où elle s’inscrit (livre, magazine, journal, site Internet, ou encore œuvre picturale), et entre ses créateurs, diffuseurs et lecteurs. Ils invitent à repenser la relation dialogique entre texte et image, écrivain et illustrateur, et artiste et commanditaire, et plus généralement entre l’illustration, le texte, le livre et ses autres supports, mais aussi l’art de manière plus générale, et leurs créateurs et lecteurs/amateurs.

Cet ouvrage s’adresse aux chercheurs, universitaires (enseignants-chercheurs, doctorants et étudiants de Master) et praticiens qui s’intéressent à l’illustration dans ses formes diverses et variées, du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle, et tout spécialement à sa nature intermédiale.

Voix et silence dans les arts

Posted: February 10, 2017 in Uncategorized

ColloqueAnitaFR

English version

L’objet de ce colloque est d’analyser diverses pratiques artistiques – en musique, dans la poésie performative, les arts plastiques et les arts vivants – qui se construisent dans l’espace où l’art fusionne la voix et le silence, le dire et le taire, l’expression et l’omission volontaire de la parole. Voix et silence se déclinent en fonction du médium, du dispositif, des lieux de production et de réception. Dans son acception physiologique, la voix est une émission sonore produite par la vibration des cordes vocales au moment de l’expiration. Elle est donc à la fois mode de transmission du souffle, support de la parole et médium des émotions, et elle est indissociable du sujet et de la subjectivité.

La voix, dit Henri Meschonnic, est « l’intime extérieur », et son grain est propre à chacun. Parallèlement, le silence, notion tout aussi complexe, ne se limite pas à l’absence de paroles ou de sons. Par sa nature même, le tableau est silencieux et on ne peut en parler que de manière métaphorique. En musique, John Cage l’a bien souligné, le silence absolu n’existe pas car nous sommes immergés dans un bruissement constant. Au théâtre, voix et silence sont indissociables car la matière théâtrale est faite d’un entremêlement de voix, de paroles, de gestes, de regards, de silences, de souffle… Dans les poèmes improvisés de David Antin, la voix hybride et le langage du corps sont à l’origine du processus créatif, comme le sont le souffle et les pauses silencieuses dans la poésie de Gary Snyder. Quant au cinéma, sa puissance et la fascination qu’il opère, sont en grande partie liées aux procédés formels et aux diverses configurations que prennent la voix et le silence dans le jeu avec l’image.

Ce colloque vise à dépasser les études, nombreuses, de la voix, d’une part, et du silence, d’autre part, pour se concentrer sur l’entrelacs des deux notions, les glissements, les résonances et les contacts de l’une à l’autre.

Appel à communications

Programme et informations

Le colloque aura lieu les mercredi 14, jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 juin 2017 sur le campus Lettres et Sciences Humaines (CLSH) de l’Université de Lorraine à Nancy, salle G04. La journée de conférences du jeudi 15 se déroulera au Théâtre de la Manufacture.

Se rendre à Nancy
Se rendre au CLSH – Université de Lorraine
Se rendre au Théâtre de la Manufacture – à 10 minutes à pied du centre-ville et du CLSH
Se loger à Nancy: résidence universitaire Bed&Crous et hôtels

Inscription et tarifs
L’inscription au colloque est de 50€ pour les universitaires, et de 15€ pour les étudiants.

Ces frais comprennent l’inscription au colloque, trois déjeuners (jeudi, vendredi et samedi), ainsi que le dîner du vendredi soir dans un restaurant de Nancy.

Page d’inscription

Contact: claudine.armand@univ-lorraine.fr

Comité scientifique: Claudine Armand (Université de Lorraine – Nancy), Johan Callens (Vrije Universiteit Brussel), Gilles Couderc (Université de Caen-Normandie), Pierre Degott (Université de Lorraine – Metz), Claudia Desblaches (Université de Rennes 2), Jean-Philippe Heberlé (Université de Lorraine – Metz), Yannick Hoffert (Université de Lorraine – Nancy), Lucie Kempf (Université de Lorraine – Nancy), Jean-Marie Lecomte (Université de Lorraine – Nancy), Gilles Marseille (Université de Lorraine – Nancy), Marcin Stawiarski  (Université de Caen-Normandie), Melvyn Stokes (University College London), Grégoire Tosser (Université d’Evry-Val-d’Essonne), Patrick Van Rossem (Université d’Utrecht), Denis Vermaelen (Université François Rabelais –Tours)

Affiche Colloque Voix & Silence A3 N&B 2017-5-30

 

Conference Program

Programme Voix et silence dans les arts

pdf button
Click for conference program

Version française

The objective of this conference is to look into various artistic experiences — in music, in performance poetry, in visual arts and the performing arts — that are built in the space where art produces a fusion of voice and silence, of what is said and what is withheld, of speech and its deliberate omission. Voice and silence take different forms depending on the medium, the physical set-up, the places of production and reception. The physiological definition of voice is the emission of sounds produced by the vibration of the vocal chords at the moment of exhaling. It is thus not only a means of transmitting breath, but also the physical embodiment of speech and the medium of transmission of the emotions; furthermore, it cannot be dissociated from the notion of a speaking subject and subjectivity. The voice, according to Henri Meschonnic, is “the intimate exterior,” and its texture is specific to each person. In the same way, silence, a notion which is equally complex, is not simply the absence of speech or sound. By its very nature, a painting is silent and its meaning can only be verbalised metaphorically. As far as music is concerned, as John Cage pointed out, absolute silence does not exist, for we are immersed in a ceaseless hum. In the theatre, voice and silence cannot be separated, for the theatrical experience is composed of an intermingling of voices, words, gestures, glances, silences, breathing…. In the improvised poems of David Antin, the hybrid voice and body language are at the origin of the creative process, and so are breathing and the silent pauses in Gary Snyder’s poems. As for the cinema, its power and the fascination it exerts are for the most part linked to the formal processes and the various configurations of the interactions of voices, silence, and images.

This conference aims to put into perspective the numerous studies devoted both to voices and to silence. Its objective is to focus on the way in which concepts might interact, on the shifts, contacts and echoes between one another.

Call for papers

Programme and information

The conference sessions will take place on Wednesday 14, Thursday 15, Friday 16, and Saturday 17 June 2017 at the Social Sciences and Humanities Campus of the University of Lorraine (CLSH) in Nancy, in room G04. On Thursday 15, the conference will take place at the Théâtre de la Manufacture.

How to get to Nancy
How to get to the CLSH – Université de Lorraine
How to get to the Théâtre de la Manufacture  (a 10-minute walk from the city centre and from the CLSH)
Accommodation in Nancy: hall of residence Bed&Crous and hotels

Registration and fees:
Fees are 50 € for academics and 15 € for PhD students.

Fees includes registration to the conference, three lunches (Thursday, Friday and Saturday), as well as the Friday evening dinner at a restaurant in Nancy.

Registration webpage

Contact: claudine.armand@univ-lorraine.fr

Scientific Committee: Claudine Armand (Université de Lorraine – Nancy), Johan Callens (Vrije Universiteit Brussel), Gilles Couderc (Université de Caen-Normandie), Pierre Degott (Université de Lorraine – Metz), Claudia Desblaches (Université de Rennes 2), Jean-Philippe Heberlé (Université de Lorraine – Metz), Yannick Hoffert (Université de Lorraine – Nancy), Lucie Kempf (Université de Lorraine – Nancy), Jean-Marie Lecomte (Université de Lorraine – Nancy), Gilles Marseille (Université de Lorraine – Nancy), Marcin Stawiarski  (Université de Caen-Normandie), Melvyn Stokes (University College London), Grégoire Tosser (Université d’Evry-Val-d’Essonne), Patrick Van Rossem (Université d’Utrecht), Denis Vermaelen (Université François Rabelais –Tours)

 

http://www.sharpparis2016.com

Languages of the Book / Les langues du livre

English:

The 24th annual conference of the Society for the History of Authorship, Reading & Publishing (SHARP) will be held in Paris, France from Monday 18 July to Thursday 21 July 2016 (with an excursion on Friday 22 July). The keynote lectures, panels, and most of the conference events will take place at the Bibliothèque nationale de France (BNF) and at the nearby Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), affiliated with the National Institute for Oriental Languages and Civilisations (INALCO). The conference will also feature excursions to sites in and around Paris of interest to book historians.

Français:

La 24ème conférence annuelle de SHARP (Society for the History of Authorship, Reading and Publishing) se déroulera à Paris du lundi 18 au jeudi 21 juillet 2016 (vendredi 22 : excursion). Les plénières, ateliers et la plupart des événements de la conférence auront lieu à la Bibliothèque nationale de France (BNF) et à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), qui se situe à proximité de la BnF. Des visites sont prévues dans d’autres lieux liés à l’histoire de l’imprimé à Paris et dans ses environs.

Call for Papers

The 24th annual conference of the Society for the History of Authorship, Reading & Publishing (SHARP) will be held in Paris, France from Monday 18 July to Thursday 21 July 2016 (Friday 22: excursion). The keynote lectures, panels, and most events will take place at the Bibliothèque nationale de France (BnF), and at the nearby Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), affiliated with the National Institute for Oriental Languages and Civilisations (INALCO). The conference will also feature excursions to sites in and around Paris of interest to book historians.

Anatole France once described the Babel of books as a library in which “the books all speak at once and in all tongues.” The conference theme, “Languages of the Book,” is to be understood in the broadest possible sense. One of its goals is to examine manuscript, print and  digital cultures in relation to what Pascale Casanova has called the World Republic of Letters. Suitable topics include multilingual books, majority and minority languages, and the circulation of texts across national borders, as well as the presence, within a particular country, of foreign works in their original language or in translation. The language of the book as a material object provides another approach: what does a book’s materiality communicate about its conditions of production and the messages encoded by its author and publisher? Participants could also examine the interaction of written and spoken languages (such as in audio books), or the interplay of text and image in illustrated books, comics, and graphic novels. The theme may also provide a new way to think about digitization as a new language for books. How does digitization change the writing process, the structure of the text, and the way it is read? In what ways do e-books alter how works are produced, distributed, and received? A third set of questions involves the languages used by historians of the book. What theoretical assumptions and disciplinary premises anchor our approaches? Is there a language common to all book historians?

The conference theme may be approached from several angles, including, but not limited to:

1. Languages and translation

  • The circulation of works across linguistic and cultural borders; translation flows
  • Public policies and publishing strategies with respect to translation
  • The role and status of translators
  • The presence of foreign-language works and translated works in a given country (libraries, book stores, private collections)

2. Languages of the book

  • Digitalization: a new language and new modes of reading?
  • The language of paratexts and epitexts
  • Genre-specific languages
  • Accessing the written word: overcoming barriers to reading
  • The language of the law and book-trade regulations

3. Languages of the book trade and book history

  • Book trade sociolects
  • Dialogue and tensions among writers, publishers, editors, agents, and other participants in print culture
  • Theoretical assumptions and disciplinary concerns: do historians of books and reading all speak the same language?
  • The impact of digitization on book history research

The above list of topics is not exhaustive. The conference also welcomes proposals for papers and panels on any topic related to the history of the book, but preference may be given to those that engage in some way with the conference theme.

Doctoral students are especially encouraged to apply; there will be dedicated workshops for them to present their dissertation research and receive feedback from experienced SHARP members. The conference will also feature a Digital Projects Showcase in which individual researchers or teams may present initiatives that use new technologies to advance research in the history of the book (see the submission guidelines below).

Conference languages: French and English. Proposals may be submitted in either language, and conference documentation (programme, etc.) will be available in both languages.  Simultaneous interpreting will be provided for the keynote lectures.

Submission guidelines: Papers must not exceed 20 minutes in length and will generally take place in panels of three. Proposals for individual papers must include a title, an abstract (max. 400 words), and a short biography of the presenter (max. 100 words).

Proposals are also welcomed for three-paper panels. Proposals for full panels must include a title and an abstract (max. 300 words) that outlines the main theme(s) of the panel. In addition, the proposal must include individual titles, abstracts (400 words), and short biographies (100 words) for each participant in the panel. Panels that combine French and English papers are welcome. If you already have someone to chair the panel, you may indicate that in the panel abstract. Otherwise, a chair will be assigned to you.

Doctoral students are invited to present their work in a ten-minute “lightning” format in small group sessions, followed by a discussion chaired by one or two established academics. Workshop proposals should follow the same format as individual papers.

Proposals for the Digital Projects Showcase should include a title and description of the digital project (max. 400 words) as well as the name, affiliation, and biography of the presenters (max 100 words per presenter).

Basic audio-visual technology will be provided for the panel sessions (laptop + projector).

The deadline for all submissions is November 30 2015. Proposals must be submitted  electronically via the conference website (see the link below). The program committee will send notifications of its selection no later than February 15 2016.

Membership in SHARP is required for all presenters. Membership is not necessary for the submission of a proposal, but those whose proposals are accepted must join SHARP or renew their membership for 2016-2017 before registering for the conference.

Travel grants: SHARP is able to provide a limited number of travel grants to graduate students and independent scholars. If you wish to be considered for such a grant, please state so when submitting your proposal.

Contact : sharpparis2016 [at] gmail.com
Twitter : @sharpparis2016 / #SHARP16

Calendar:

15 Sept. 2015: Submissions portal opens

30 Nov. 2015: Deadline for submissions

15 Feb. 2016: Notification of acceptance

18-22 Jul. 2016: Welcome to Paris / Bienvenue à Paris

Appel à communications

La 24ème conférence annuelle de SHARP (Society for the History of Authorship, Reading and Publishing) se déroulera à Paris du lundi 18 au jeudi 21 juillet 2016 (vendredi 22 : excursion). Les plénières, ateliers et la plupart des événements de la conférence auront lieu à la  Bibliothèque nationale de France (BnF) et à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) qui se situe à proximité de la BnF. Des visites sont prévues dans d’autres lieux liés à l’histoire de l’imprimé à  Paris et dans ses environs.

Evoquant la Babel des livres, Anatole France écrivait que dans une bibliothèque, « les livres parlent tous à la fois et dans toutes les langues. » Le thème de la conférence, « Les langues du livre », est à comprendre au sens le plus extensif. L’un des objectifs est d’examiner la culture de l’imprimé et l’histoire du livre dans le cadre de ce que Pascale Casanova a appelé la « République mondiale des lettres ». On s’interrogera sur le plurilinguisme de l’imprimé, sur les questions de langues majoritaires/minoritaires, sur la circulation des imprimés dans l’espace international selon les  nations et les époques ainsi que sur la présence à l’intérieur de l’espace national de textes venus d’ailleurs, en langue originale ou en traduction. Il s’agira également d’examiner le langage du livre en tant qu’objet, ce que nous dit sa matérialité, les conditions dans lesquelles il est produit et le message que lui assignent ainsi l’auteur et l’éditeur. On s’intéressera aux formes particulières du langage des livres dans leur rapport avec l’oralité, en particulier dans les audio-books, ainsi qu’au lien entre texte et image dans le livre illustré, la bande dessinée ou le roman graphique. On analysera l’impact de la révolution numérique en tant que nouveau langage de l’imprimé. Comment modifie-t-elle à la fois l’écriture, la structuration du texte et la lecture, et quelle influence a-t-elle sur la chaîne de production, la diffusion et la réception ? Enfin on explorera le langage des historiens du livre. Quels présupposés théoriques et quels ancrages disciplinaires fondent leur approche et peut-on considérer qu’ils utilisent une même langue pour parler de leur sujet ?

Le thème de la conférence peut être abordé sous les angles suivants (non limitatifs):

1. Langues et traductions

  • circulation de l’imprimé entre langues et aires géographiques et culturelles ; flux de traductions
  • politiques publiques et éditoriales en matière d’intra- et d’extraduction
  • rôle, place et statut des traducteurs
  • présence d’ouvrages en langues étrangères et de traductions dans l’espace national (bibliothèques, librairies )
  • « librairies » anglaises, allemandes, espagnoles, portugaises etc. de Paris et d’autres villes (Londres, Berlin…)

2. Les langues du livre

  • le numérique: un nouveau langage et de nouveaux modes de lecture?
  • le paratexte éditorial comme langue du livre : mise en page, illustrations, intégration dans une collection, publicités, etc.
  • les langues spécifiques à certains genres : livres scientifiques, livres pour la jeunesse, manuels pratiques, BD, etc.
  • accès aux langues du livre, publics empêchés.
  • droit du livre: quels langages?

3. Les langues du monde du livre

  • sociolectes du monde de l’imprimé
  • dialogue et tensions entre les différents acteurs du livre
  • présupposés théoriques et ancrages disciplinaires: les historiens du livre et de la lecture parlent-ils tous la même langue?
  • impact de la révolution numérique sur la recherche en histoire du livre.

Cette liste n’est pas limitative. Pourront être proposées des communications ayant trait à tous les aspects de l’histoire du livre et de l’imprimé, quels que soient le lieu ou la période. On privilégiera cependant les propositions en lien avec le thème de la conférence. Des doctoriales seront organisées pour permettre aux doctorants de présenter leurs travaux. Il y aura également une session dédiée à la présentation de travaux numériques liés à l’histoire du livre (voir ci-dessous).

Langues de la conférence: français et anglais. Les propositions peuvent être soumises en français ou en anglais. La documentation de la conférence sera disponible dans les deux langues.

Communications: Les communications, généralement au nombre de trois par session, ne devront pas dépasser 20 minutes. Les propositions individuelles de communication comprendront:

  • le titre et le résumé (400 mots maximum)
  • une brève bio/bibliographie (100 mots maximum)

Sessions: Les propositions de session rassembleront 3 propositions individuelles sur le modèle décrit ci-dessus, ainsi qu’une présentation de la session (titre, 400 mots maximum). Si le modérateur est différent des trois intervenants de l’atelier, la proposition comprendra également une brève bio- bibliographie du modérateur.

Doctoriales: Les doctorants sont invités à présenter leurs travaux sous la forme de communications- éclair (10 minutes maximum). Les séances de communications-éclair seront suivies d’une discussion avec un ou deux chercheurs confirmés. Les propositions seront soumises dans le même format que les propositions de communications individuelles.

Digital showcase: Les propositions de présentation par les chercheurs de leurs travaux numériques liés à l’histoire du livre seront soumises dans le même format que les autres propositions.

Tous les locaux seront équipés d’un ordinateur, video-projecteur et écran.

La date limite pour les propositions est le 30 novembre 2015. Les décisions du comité scientifique seront communiquées au plus tard le 15 février 2016. Toutes les propositions  (en  format électronique) se feront sur le site de la conférence  (voir le lien ci-dessous, disponible à partir du 15 septembre 2015).

Tous les communicants doivent être membres de SHARP. Il n’est pas nécessaire d’être membre de SHARP pour soumettre une proposition mais lorsque la proposition est acceptée il faut impérativement devenir membre de SHARP ou renouveler son adhésion avant de s’inscrire à la conférence.

Subventions: SHARP offre un nombre limité de subventions pour couvrir les trajets des étudiants et des chercheurs indépendants. Si vous souhaitez solliciter une subvention, merci de bien vouloir le signaler lors de l’envoi de votre proposition.

Contact : sharpparis2016 [at] gmail.com
Twitter : @sharpparis2016 / #SHARP16

sharp_facebook

Recordings of selected conference presentations will be made available on this page throughout the event, and comments will be enabled for discussion of the proceedings. / Des versions MP3 de certaines présentations seront disponibles ici, et il sera possible de faire des commentaires pendant le colloque.

All material available on this page remains the exclusive property of the author / Tout matériel disponible sur cette page est la propriété intellectuelle de l’auteur.

              

JEUDI 21 JUIN / THURSDAY 21 JUNE

9h30-10h30         Invité d’honneur / First Keynote Address CLAIRE PARFAIT, “From Text(s) to Book(s) in 19th-Century America”

11h00-12h45 Session 1 / Panel 1 Material Textuality
Hanna KUUSELA, “The Materiality of Uncreative Writing: Turning Ordinary Texts into Literature”
Anna MAZIARCZYK & Grzegorz MAZIARCZYK, “Split Textuality and Material Constraints in Raymond Federman’s The Voice in the Closet / La Voix dans le cabinet de débarras”

Session 3 / Panel 3 Form and Content in 16th to 18th c. Flemish Book Production
Goran PROOT, “Towards a Typographical Atlas of the Handpress Book Produced in the Southern Low Countries in the Early Modern Period: Aims, Methodology and Results”
Kristof SELLESLACH, “Using Ornamental Initials in 16th-century Antwerp”
Maartje DE WILDE, “Turning the Page: the Design of Secular Songbooks from the Southern Netherlands (16th-18th Centuries)”

14h30-15h45 Session 4 / Panel 4 Archiving and Editing
Robert RITER, “Boxed, Booked, and Scanned: Making Archival Books from Archival Texts”
Shef ROGERS, “Editing New Zealand Colonial Texts in 21st-Century Contexts”

14h30-15h45 Session 5 / Panel 5 Editing and Commodifying Poetry
Sandro JUNG, “William Shenstone’s Editions of Poetry: Manuscript Album versus Printed Edition”

18h15-19h15         Invité d’honneur (Bibliothèque Municipale de Nancy) / Second Keynote Address (Nancy City Library) PASCAL DURAND, “Hubert Nyssen, Du texte au livre, les avatars du sens : entre accastillage et orchestration”

19h15-20h00         Table ronde en hommage à Hubert Nyssen (Bibliothèque Municipale de Nancy) / Round Table in homage to Hubert Nyssen (Nancy City Library) Modératrice : Nathalie COLLÉ-BAK (Université de Lorraine); Benoît BERTHOU (Université Paris 13), Sylvie DUCAS (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense)