Call For Papers

Home CFP Registration Academic
Program
Social
Program
Practical Information

 

Tennessee Williams in Europe: A Centenary Celebration, 1911-2011”

Nancy-Université
23-25 June 2011

(une version française se trouve en bas de page)

The research group I.D.E.A. (“Théories et pratiques de l’interdisciplinarité dans les études anglophones”) is announcing a call for papers for its international conference “Tennessee Williams in Europe: A Centenary Celebration, 1911-2011.” The conference, which will be held at Nancy-Université in the east of France from 23-25 June 2011, conjoins with other major conferences celebrating the Williams centenary (e.g., New Orleans, Columbus, Clarksdale, and Provincetown) by focusing on a topic underdeveloped in theatre studies: Williams’s Europe. 

Williams first came to Europe on 12 July 1928, accompanying his grandfather on a tour for parishioners of the pastor’s Episcopal church in Clarksdale. Williams’s travelogue, published in installments the following academic year in his high school newspaper, U. City Pep, reveals the young man’s fascination with the continent’s various people, cultures, and histories. Williams eventually returned to Europe on 30 December 1947, and his renewed interests in post-war France and Italy altered the course of his life and his literary aesthetics forever. “Europe?” he wrote in his notebook for January 1948 while retracing his and his grandfather’s earlier steps from Paris to Rome, “I have not yet organized my impressions.” Williams would eventually forge those impressions into the many stories, plays, and one-acts he wrote while living in Italy or traveling through Spain. Over the next thirty years, Williams repeatedly sought solace on the European continent, whether in the inspiration it provided when the creative wells of New Orleans or Key West ran dry, or in the tolerance its catholic audiences promised when Broadway failed to appreciate the experimental nature of his later works. By 1948, and perhaps as early as 1928, Europe was in Williams as much as he was in Europe.

Though he was drawn to the sultry climes of southern Italy and Spain, Williams traveled extensively throughout the continent, having also visited countries like France, England, Holland, Germany, Austria, Belgium, Greece, Turkey, and Sweden. This conference proposes to examine how each country left its mark on Williams, just as he had left his mark on each country he visited, and invites individual talks or collective panel discussions on such topics as:

  • the European premieres of Williams’s plays and their receptions;
  • the subsequent European theatre productions of Williams’s work and their receptions;
  • the European film and television adaptations of Williams’s work (e.g., Noir et Blanc, Lo Zoo di vetro, Poko u traiti, Ein Vreemde liefde);
  • Williams’s work on various European films and film sets (e.g., Senso, La terra trema);
  • Williams’s relationship with various European filmmakers (e.g., Fellini, Visconti, Bergman, Zeffirelli, Truffaut, Antonioni, Almodóvar);
  • European drama’s influence on Williams’s early and late plays and stories (e.g., Theatre of the Absurd, Theatre of Cruelty);
  • European film’s influence on Williams’s early and late plays and stories (German expressionism, Italian neorealism, French nouvelle vague);
  • Williams’s influence on post-war European drama and film;
  • the translations of Williams’s plays into European languages;
  • European lifestyle and history and their effects on Williams and on his work (e.g., war, religion, mores, bull-fighting, cruising, festivals, etc.);
  • any other aspect of Williams in Europe or Europe in Williams not mentioned above.

Please send an abstract of 500 words and a brief cv for individual papers or proposed panels (for panels, include a brief cv of each speaker) to John S. Bak (john.bak@univ-nancy2.fr) and Jean-Marie Lecomte (jean-marie.lecomte@univ-nancy2.fr) by 15 October 2010. For additional information, contact conference co-organizers Matthew Smith (matthew.smith@univ-nancy2.fr) or Marie-Hélène Petit (marie-helene.petit@univ-nancy2.fr).

*******

« Tennessee Williams en Europe : Le Centenaire de sa Naissance, 1911-2011 »

 Nancy-Université
23-25 juin 2011

L’équipe d’accueil IDEA lance un appel à communications pour son colloque interdisciplinaire et international : “Tennessee Williams en Europe : Le Centenaire de sa Naissance, 1911-2011.” Ce colloque, qui aura lieu à Nancy-Université dans l’est de la France du 23 au 25 juin 2011, fait partie d’une série de colloques organisés aux États-Unis (à La Nouvelle Orléans, Columbus, Clarksdale et Provincetown) à l’occasion des cent ans de la naissance de Tennessee Williams, l’un des plus célèbres dramaturges américains. Le thème de ce colloque est : « L’Europe de Williams ».

Williams découvre l’Europe pour la première fois le 12 juillet 1928, en compagnie de son grand-père, lors d’un voyage organisé pour les paroissiens de l’église épiscopale de Clarksdale, Mississippi. Le récit du voyage de Williams, publié l’année suivante dans le journal de son lycée, U. City Pep, témoigne de la fascination de Williams pour la culture et l’histoire européennes. Lorsqu’il retourne en Europe en décembre 1947, la vie de Williams et son esthétique littéraire sont marqués définitivement pas ce nouvel intérêt qu’il porte à la France et à l’Italie d’après-guerre. « L’Europe ? », écrit-il dans son journal intime en janvier 1948, sur la route de Paris à Rome, « Je n’a pas encore mis en forme mes impressions ». On retrouvera ces « impressions » plus tard dans ses nouvelles, ses romans, et ses pièces, dont plusieurs furent écrits en Italie ou en Espagne. Pendant les trente années suivantes, Williams continuera de rechercher en Europe la tranquillité et la joie de vivre, en particulier pour renouveler ses sources d’inspiration quand celles-ci venaient à tarir, ou bien pour échapper à l’intolérance de Broadway qui n’apporta pas la reconnaissance attendue à ses œuvres expérimentales plus tardives, mieux accueillies en revanche par le public catholique. En 1948, et peut-être même dès 1928, l’Europe avait déjà investi Williams, tout comme Williams avait investi l’espace européen.

Attiré par le climat méditerranéen du sud de l’Italie et de l’Espagne, Williams a aussi beaucoup voyagé partout en Europe. Il a visité ou bien vécu dans des pays comme la France, l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique, la Grèce, la Turquie et la Suède.  Ce colloque propose d’examiner comment chacun de ces pays a marqué Williams, comme lui-même a marqué ces pays, et encourage des propositions de communications s’intéressant aux questions suivantes :

  • Les premières européennes des pièces de Williams et leur réception ;
  • Les productions théâtrales en Europe de son œuvre et leur réception ;
  • Les productions cinématographiques européennes de son œuvre (ex : Noir et Blanc, Lo Zoo di vetro, Poko u traiti, Ein Vreemde liefde) ;
  • La participation de Williams à quelques productions cinématographiques européennes (e.g., Senso, La terra trema) ;
  • L’amitié entre Williams et certains réalisateurs européens (ex : Fellini, Visconti, Bergman, Zeffirelli, Truffaut, Antonioni, Almodóvar) ;
  • L’influence du théâtre européen sur l’œuvre de Williams, de ses débuts aux années soixante-dix (l’expressionisme allemand, le néoréalisme italien, la nouvelle vague française) ;
  • L’influence de Williams sur le théâtre et le cinéma européens d’après-guerre ;
  • Les traductions de son œuvre en langues européennes ;
  • L’influence de la vie et de l’histoire européennes sur Williams et son œuvre (ex : les guerres, la religion, les mœurs, les corridas, l’homosexualité, les ferias, etc.) ;
  • Tout autre aspect concernant les relations entre Williams et l’Europe.

Veuillez envoyer vos propositions de communication de 500 mots accompagnées d’un bref CV à John S. Bak (john.bak@univ-nancy2.fr) et à Jean-Marie Lecomte (jean-marie.lecomte@univ-nancy2.fr) pour le 15 octobre 2010. Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter les co-organisateurs Matthew Smith (matthew.smith@univ-nancy2.fr) ou Marie-Hélène Petit (marie-helene.petit@univ-nancy2.fr).