Variation, invariant, variété, 2013

Appel à communications : « Variation, invariant, variété »

Réseau des linguistes du Grand-Est
Université de Lorraine, Site de Metz
vendredi 22 et samedi 23 mars 2013

Voir le programme

Le colloque de Besançon en mars 2012 « Variation(s), Plasticité, Interprétation(s) » a permis de dégager, principalementcoverpagecolloque à travers des études de cas, des points de convergence autour de la notion de variation qui a été mobilisée en contexte endolingue majoritairement. On s’attend à ce que ce second colloque organisé sur le même thème permette un approfondissement épistémologique et que les notions de variation, invariant et variété soient appréhendées dans le jeu de leurs relations et mises à l’épreuve de l’analyse des langues et des discours.

Quelle ligne de fracture entre variation et variété ? La variation sera appréhendée comme marquage de l’idiosyncrasique, du diaphasique et aussi comme marquage du collectif (diastratique).

Penser la variation nécessite un calcul, par rapport à ce qui serait de l’ordre de l’invariant ou de l’écart par rapport à une valeur repère : une réflexion théorique permettant de paramétrer la variation par rapport à un invariant possible ou une langue supposée standard sera au cœur des débats. La notion de norme pourra être interrogée.

Les objets de recherche ainsi que les langues étudiées pourront être divers. Il s’agira de théoriser la notion de variation en tant que mise en place d’un microsystème et cela dans différents contextes.

  • Dans le domaine de « l’oral spontané » et de la plurimodalité : variation, achoppements et reformulation, dimension phonologique, rapport parole / geste
  • Dans le domaine de la linguistique contrastive : variation et (in)comparabilité des langues, éventuellement en rapport avec la relation entre langue et pensée.
  • Dans le domaine de la traduction et de la traductologie : variation, altération et reformulation du texte source / variation et transcodage.
  • Dans le domaine du discours littéraire, du discours journalistique, du discours scientifique etc. : entre mimesis ou réalisme socioculturel et créativité. Quel rôle pour la variation transcodique dans le discours littéraire ?
  • Dans le domaine de la socio-linguistique : hétérogénéité des usages, paramètres diachroniques, géographiques, âge, « gender », dimension socio-culturelle.

Date limite d’envoi des propositions :

Les propositions de communication entre 200 et 300 mots, accompagnées d’une courte biographie, devront parvenir avant le 01 octobre 2012.

Les propositions de communication seront accompagnées d’une bibliographie sélective, entre cinq et dix références.

Ces propositions sont à adresser à : Isabelle Gaudy-Campbell et Yvon Keromnes

isabelle.gaudy-campbell@univ-lorraine.fr et Yvon.Keromnes@free.fr

Nous souhaiterions recevoir vos propositions en format .rtf ou .docx.

Avis d’acceptation / de refus : 15 novembre 2011

Organisation : IDEA (Interdisciplinarité dans les Etudes Anglophones) et ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Français)

Organisateurs (Université de Lorraine, site Metz) : Isabelle Gaudy-Campbell, Yvon Keromnes.

Comité scientifique : Maryvonne Boisseau, Catherine Chauvin, Isabelle Gaudy-Campbell, Laurent Gautier, Albert Hamm, Olga Inkova, Daniel Lebaud, Catherine Paulin