« Identité(s) collective(s) et Identité(s) européennes et anglophones: dynamiques transculturelles et transfrontalières » (circulation, traduction et réception)

Projet:

Ce nouveau projet proposé souhaite s’inscrire dans ce riche héritage de questionnement identitaire et s’insérer dans la thématique « Patrimoine, Culture et Identité » qui est celle du pôle TELL de l’Université de Lorraine. Il veut réfléchir à un thème crucial à l’heure où l’Europe se trouve en pleine crise identitaire (avec la situation grecque, l’annonce d’un référendum de sortie de la Grande Bretagne (« Brexit ») de l’Europe en 2017 après la réélection du parti conservateur assez largement anti-européen, les problèmes d’étanchéité aux frontières et le surplus de flux migratoires). L’Europe se cherche une ou des identités collectives au-delà des identités individuelles/ nationales. Notre angle d’approche de cette vaste question identitaire serait celui des échanges et de la/ des langue(s) attachée(s) à ces flux. La construction d’une ou de plusieurs identités collectives passe nécessairement par une multitude d’échanges qui placent la langue et donc la traduction (comme outil ou résultat des échanges) au cœur des débats.

Doit-on chercher à tout prix une identité collective européenne ou peut-on penser une pluralité d’identités collectives ? Est-ce que identité collective veut dire identité unique (et donc même culture, même langue) ? Est-ce que union rime avec unicité et uniformité ? Comment être uni dans la diversité, en respectant la variété des identités individuelles ? Comment se traduit cette ou ces identités collectives en terme littéraire, culturel, et linguistique ? L’Europe est-elle condamnée à rester figée dans ce rôle de Tour de Babel ?

Ce projet (qui s’inscrit dans une tradition de l’université de Lorraine puisque jusqu’en 2007, il y avait, à Metz, un Centre d’Etudes des Textes et de la Traduction, CETT, dirigé par Annie Cointre:http://ecritures.univ-lorraine.fr/publications/centre-detudes-des-textes-et-traductions) cherche donc à étudier la circulation des œuvres et la construction des littératures et des identités culturelles en Europe et au sein du monde anglophone (selon deux aires d’application). Il souhaite travailler sur l’articulation entre frontière géopolitique, frontière linguistique et frontière culturelle en étudiant le rôle et les enjeux de la traduction qui ont été largement oubliés de la critique dans le but de découvrir une autre narration de la construction identitaire qui prenne en compte tous les paramètres des échanges, y compris la barrière linguistique. Dans cette ère de la mondialisation, il vise à questionner la stabilité de littératures et produits culturels dits ‘nationaux’ et étudier les multiples réseaux d’influence, les dynamiques littéraires et transculturelles à travers le prisme de la traduction, comprise comme le passage linguistique d’une langue à une autre ou comme la transaction et la transmission de textes, d’objets textuels, artistiques, culturels et d’idées entre les pays.

Axes:

Notre projet sur l’identité(s) collective(s)/identité(s) européennes/ anglophones s’article donc autour de questions de territoire (régional, transnational, voire européen, et prioritairement anglophone), d’échange entre ces espaces géographiques, et de langue; d’où les trois axes complémentaires que nous proposons, le premier sur le processus de traduction intrinsèque à tout échange anglo-européen et même anglophone (à travers le gaélique, le gallois etc…), le second sur les flux eux-mêmes, leurs natures, leurs influences et la réception des œuvres littéraires et produits culturels traduits/adaptés/transformés dans la construction identitaire des pays impliqués dans ces échanges, et un dernier sur la préservation du patrimoine et l’héritage identitaire dans un espace plus local et régional.

 Agenda

2015-2016 (à l’Université de Lorraine et à l’Université d’Oxford)

23-24 octobre 2015: co-organisation et co-financement (avec le programme OCCT de l’université d’Oxford et l’université de Paris Ouest-Nanterre) d’un colloque international “Paris et Londres 1851-1900: Espaces de transformation” (Maison Française d’Oxford).

Le but de ce colloque était de réfléchir aux enjeux du processus de construction identitaire, nationale ou transnationale, directement influencé par les échanges culturels entre les deux villes Paris et Londres, alors en pleine transformation.

Capture d’écran 2015-09-09 à 17.21.22

Report on the Paris-London Conference for IDEA

15 mars 2016 séminaire sur la “traduction prismatique”/ seminar on “prismatic translation”.

Conférencier invité/ invited speaker:  Prof. Matthew Reynolds (Université d’Oxford/ Oxford University)

DSC04648 Matthew

 

 

DSC00279

Matthew Reynolds _ Seminar report

-Podcast :

http://videos.univ-lorraine.fr/audio.php?id=3376&autostart=false

29 avril 2016 journée d’études sur les travaux de Mary Shelley et leur réception européenne (symposium on Mary Shelley’s Works and their European Reception)

https://idea-udl.org/beyond-frankensteins-shadow/

2016-2017

4-5 novembre 2016 colloque Au-delà du clivage Nord-Sud/ Revisiting the UK’s North-South Divide

https://idea-udl.org/conference-north-en/

Advertisements