Du mot au syntagme et à l’unité phraséologique : réflexions sur certains syntagmes prépositionnels à déterminant figé de l’anglais

Alice Violet (Université Paris IV – Oxford University, Worcester College)

Cette communication se propose de réfléchir au rapport entre mot, syntagme et unité phraséologique à la lumière de la question du figement. La phraséologie contemporaine a  montré que pouvaient être considérés comme figés aussi bien des syntagmes, ou des ensembles polylexicaux ne constituant qu’une unité syntaxique (locutions conjonctives), que des propositions ou des phrases (formules de politesse, proverbes). Du fait de l’importance de la notion de polylexicalité, (Mejri 2003), les unités figées ou semi-figées se prêtent particulièrement bien à l’analyse du rapport entre micro- et macro-analyse. Nous présenterons ici les résultats d’un travail portant sur certains syntagmes prépositionnels (SP) anglais. Le SP est une unité syntaxique intéressante du fait du statut hybride de la préposition, mot mi-lexical et mi-grammatical et qui impose en outre certaines restrictions de sélection à son complément.

Le travail présenté a été réalisé à l’aide du British National Corpus. Nous avons étudié certains groupes de SP que l’on peut considérer comme figés du fait de leur détermination marquée. Ont été pris en compte d’une part des syntagmes dans lesquels le nom était un dénombrable singulier et n’était pourtant pas précédé d’un déterminant (in prison, off stage, by boat), et d’autre part des syntagmes dans lesquels le nom était précédé d’un déterminant fixe (pas de commutation possible) et parfois désémantisé (cas de l’article défini dit « faible »  (Carlson et Sussmann 2005) ainsi que de certains SP à déterminant défini ou indéfini figé comme on the run, at the ready, in a hurry, etc.). Dans de tels cas, quand passe-t-on du syntagme à l’unité phraséologique ? Peut-on toujours parler d’une « combinatoire libre », ou les différents constituants s’insèrent-ils dans une supra-structure non instanciée lexicalement ?

Nous présenterons les « critères de figement » (syntaxiques, lexicaux, sémantiques et pragmatico-discursifs) caractérisant ces SP. Nous montrerons que la grande hétérogénéité de ces syntagmes, ainsi que la coexistence de groupements productifs/semi-productifs et d’ensembles fermés, suggèrent qu’ils ne peuvent être uniquement analysés à l’aide de théories purement grammaticales de la détermination, et que ce sont les cadres théoriques comme la grammaire des constructions et les analyses « matricielles » (Anscombre 2011) qui sont les plus à même de rendre compte de leurs particularités en s’interrogeant sur les interactions entre les constituants du syntagme et sur leurs relations à des schémas plus abstraits.

ANSCOMBRE, J.C., 1991. « L’article zéro sous préposition ». Langue française 91, 24-39.

ANSCOMBRE, J-C., 2011. « Figement, idiomaticité et matrices lexicales ». In J-C. Anscombre et S. Mejri, (dir.), Le figement linguistique : la parole entravée. Paris : Honoré Champion, 17-40.

BALDWIN, T., BEAVERS J., VAN DER BEEK L., BOND F., FLICKINGER, D. et SAG, I, 2006. « In search of a systematic treatment of determinerless PPs ». In P. SAINT- DIZIER (dir.), Computational linguistic dimensions of the syntax and semantics of prepositions. Paris: Springer, 163-180.

CARLSON, G. et SUSSMANN, R., 2005. Seemingly indefinite definites. In S.KEPSER et M.REIS (dir.), Linguistic evidence: empirical, theoretical and computational perspectives. Berlin : Mouton de Gruyter, 71-86.

DOBROVOL’SKIJ, D., 2011. « Phraseologie und Konstruktionsgrammatik ». In A.LACHS et A.ZIEM (dir.), Konstruktionsgrammatik III : aktuelle Fragen und Lösungsansätze. Tübingen : Stauffenburg, 2011, 111-130.

MEJRI, S., 2003. « Introduction : polysémie et polylexicalité ». Syntaxe et sémantique 5 : polysémie et polylexicalité, 13-30.

STVAN, L., 1998. The semantics and pragmatics of bare singular noun phrases. Ph.D., Northwestern University.

Alice Violet (Université Paris IV – Oxford University, Worcester College): Alice Violet est Docteur en Linguistique anglaise. Elle a soutenu une thèse (2014) portant sur le figement au sein des syntagmes prépositionnels sans déterminant en anglais. Dans le cadre du colloque, elle réfléchira au rapport entre mot, syntagme et unité phraséologique à la lumière de la question du figement.

Advertisements