Nationalisme et légitimité, 2010

[click here for English version]

Nationalisme et légitimité
9-11 septembre 2010
Comité d’organisation: Daphne Halikiopoulou et Rachel Hutchins

« Nationalisme et légitimité», un colloque co-organisé avec l’Association pour l’Etude de l’Ethnicité et du Nationalisme au London School of Economics, a rassemblé trente intervenants travaillant dans des universités et institutions gouvernementales en Europe et en Amérique du Nord. Leurs présentations ont examiné, sous divers angles, les rapports qui existent entre la nation, l’identité nationale, le nationalisme et la légitimité.

Le nationalisme et la légitimité sont des concepts clés dans de multiples disciplines, comme la sociologie, les sciences politiques, l’histoire, la psychologie sociale, la sociologie politique et les études culturelles. Cependant, l’interaction entre ces deux concepts n’a été que très peu étudiée jusqu’à présent, d’où notre motivation pour organiser ce colloque, qui s’est inscrit dans la lignée des travaux de l’axe de recherche civilisation et études culturelles d’IDEA et qui a developpé et approfondi les réflexions amorcées lors du colloque organisé sur « Nationalisme dans le monde anglophone » en 2007.

Les invités d’honneur du colloque étaient le professeur John Breuilly et John Hutchinson, tous deux du London School of Economics. La présentation du Professeur Breuilly, intitulée « Weber, Legitimation and Nationalism », a examiné la typologie de la légitimation chez Weber, postulant que la domination charismatique peut aller au-delà des individus pour toucher les institutions d’un état et les relations sociales de façon globale. Il a illustré cette théorie à travers des exemples tirés du communisme, du nationalisme colonial et du fascisme. La présentation de John Hutchinson, intitulée « Warfare, Imperial Collapse and the Rise of Nation States », a exploré le rôle que les guerres à l’échelle planétaire ont joué au fil des XIXe et XXe siècles dans la transition entre un monde d’empires et un monde composé d’états-nations, avec les changements dans les principes de légitimité politique qui ont accompagné ce mouvement.

Les autres présentations ont été caractérisées par la grande variété de leurs approches au sujet, allant des analyses théoriques aux études de cas, des études du monde contemporain aux analyses de telle ou telle période historique, et couvrant un grand nombre de pays, de peuples et d’institutions supranationales. Elles ont cherché à répondre aux questions telles que : quel rôle le nationalisme joue-t-il dans la construction et le maintien de la légitimité ? Comment les nations et les états renforcent-ils mutuellement la légitimité de leurs institutions ? Comment cette légitimité est-elle renforcée ou remise en question pas les organisations suprantionales ou les mouvements régionaux ? Comment les hommes politiques, les partis et les mouvements utilisent-ils le nationalisme pour légitimer leurs actions ? Comment le nationalisme lui-même, en tant qu’idéologie, est-il légitimé ?

Le colloque s’est caractérisé par des échanges très fructueux entre universitaires travaillant dans des disciplines différentes. Les pistes ouvertes pendant le colloque nous ont donné d’excellentes bases pour poursuivre l’étude de ces sujets essentiels qui sont le nationalisme, le pouvoir et l’autorité, dans le cadre de l’axe de recherche civilisation et études culturelles d’IDEA.  

Programme du colloque

Advertisements