Note de lecture: Les Lais bretons

Retour à la page d’accueil du Grendel
Retour à la liste des publications du Grendel

 

Colette Stévanovitch et Anne Mathieu (dir.). Les Lais bretons moyen-anglais. Turnhout: Brepols (TVMA 9), 2010, 503 p., 70 €.

Juliette Dor (Université de Liège), Bulletin des Anglicistes Médiévistes 79 (2011), 64-71

(L’exemplaire de BAM où se trouve cette note en son intégralité peut être commandé auprès de l’AMAES.)

 

Extrait:

« L’absence de traductions françaises (voire de modernisation du texte original) de la plupart des œuvres anglaises médiévales les a longtemps rendues très difficilement accessibles aux francophones. Le plus souvent boudés par la communauté scientifique, ces textes avaient droit, dans le meilleur des cas, à une lecture fragmentaire, voire erronée. Cette lacune se comble néanmoins progressivement, comme en témoigne, par exemple, la toute récente traduction des œuvres de Chaucer chez « Bouquins ». Si, à la seule exception du Conte du Franklin de Chaucer, ce sont des textes moins canoniques que les éditrices offrent ici pour la première fois en version française, ils occupent, en revanche, une place importante dans l’histoire de la littérature, que ce soit parce que, comme trois d’entre eux, ce sont des traductions ou réécritures de lais de Marie de France, soit parce qu’ils sont très probablement liés à une source française perdue, soit encore, parce que, comme dans le cas d’Emaré, il porte le nom d’une héroïne et pourrait bien avoir été composé par une femme. (…) »

Advertisements