Pôle 2 : Public History

Directeur : André Kaenel
Projets

 

« Literary Journalism and War » (John S. Bak)

« E pluribus veritas: le journalisme littéraire et la guerre au fil du temps »

E Pluribus Veritas: Literary Journalism and War through the Ages”

For as long as there have been wars, there has been war reporting, and literary journalism has proclaimed itself heir to traditional body-count reporting. Yet literary war journalism in many countries is still considered as too aesthetic to be serious journalism and too factographic to be imaginative literature. As such, it rarely reaches audiences outside a given country. ReportAGES conjoins the intercultural perspectives of scholars throughout the world with the interdisciplinary methods of five research centers in the U.S. and Europe to study how it might both shape journalistic heuristics and literary aesthetics and teach future generations about the reasons behind their borders, socio-political ideologies, and cultural imperatives. The four-year project seeks to locate international war reportages, then compile, edit, and disseminate them via an interactive website that will render war histories more approachable, war journalisms more emotive, and war literatures more factual.

Aussi longtemps que les guerres ont existé, le reportage s’en est fait l’écho. Le journalisme littéraire s’est affirmé comme héritier du reportage. Cependant, le journalisme littéraire de guerre est encore considéré comme trop esthétique que pour être du journalisme sérieux, et trop factographique que pour avoir valeur littéraire. C’est la raison pour laquelle ce journalisme n’atteint souvent pas un lectorat. ReportAGES réunit de chercheurs à travers le monde en rassemblant les méthodes de cinq centres de recherche. De cette manière, le projet peut à la fois forger une heuristique journalistique et une esthétique littéraire et enseigner aux générations futures les raisons d’une guerre. Ce projet qui porte sur quatre ans cherche à localiser les reportages de guerre internationaux, les compiler, les éditer, et les disséminer via un site interactif qui rendra ces récits de guerre plus accessibles, le journalisme de guerre plus humain, et les littératures de guerre plus factuelles.

"Identité(s) Collective(s)/Identité(s) Anglophones/ Européennes"

Ce nouveau projet (piloté par Antonella Braida-Laplace, Céline Sabiron, Jeremy Tranmer et Roseline Théron) souhaite s’inscrire dans la continuité des séminaires et de l’atelier de réflexion sur l’identité écossaise organisés en 2014-2015, et s’insérer dans la thématique « Patrimoine, Culture et Identité » qui est celle du pôle TELL de l’Université de Lorraine. Il veut réfléchir à un thème crucial à l’heure où l’Europe se trouve en pleine crise identitaire (avec la situation grecque, l’annonce d’un référendum de sortie de la Grande Bretagne (« Brexit ») de l’Europe en 2017 après la réélection du parti conservateur assez largement anti-européen, les problèmes d’étanchéité aux frontières et le surplus de flux migratoires). L’Europe se cherche une ou des identités collectives au-delà des identités individuelles/ nationales. Notre angle d’approche de cette vaste question identitaire serait celui des échanges et de la/ des langue(s) attachée(s) à ces flux. La construction d’une ou de plusieurs identités collectives passe nécessairement par une multitude d’échanges qui placent la langue et donc la traduction (comme outil ou résultat des échanges) au cœur des débats.

Pour plus d’informations sur ce projet et les événements qui lui sont liés, consultez: https://idea-udl.org/identitescollectivesidentitesanglophoneseuropeennes/